Homélie de la Veillée Pascale de l'aumônier National CEC Mali

Publié le par CEC MALI

Homélie de la Veillée Pascale   - Samedi 3 avril 2010 Communauté chrétienne de Kalanbakoura


Thème : La Pâques du Vivant !


Je vous salue vous tous qui êtes présents et qui participent à cette célébration de la Pâques de Notre Seigneur Jésus Christ, Lui le Vivant qui est ressuscité !  QUE LA PAIX DU RESSUSCITE SOIT AVEC VOUS    !  AMEN !


De cette page de l’Évangile de Saint Luc 24, 1-12, nous pouvons retenir quelques aspects suivants :


1.  Des femmes qui demeurent solidaires et engagées depuis l’épreuve de l’arrestation,  de la crucifixion et la mort de Jésus.

En effet Saint Luc, dans son Évangile  à la fin du chapitre 23, 50-55,  (juste avant la page  que nous venons d’entendre), souligne la présence des femmes qui, depuis l’arrestation et la mort de Jésus, au lieu d’être dispersées comme certains apôtres,  demeurent solidaires et engagées :


Solidaires : parce qu’elles sont restées ensemble dans l’épreuve de l’arrestation, de la crucifixion et de la mort de Jésus. Ensemble, elles ont suivi les derniers gestes de Joseph d’Arimathie qui, ayant obtenu une autorisation auprès de Pilate, « avait placé le corps de Jésus dans une tombe taillée dans le roc, où personne encore n'avait été placée ».  Elles étaient là ensemble et  « regardèrent le tombeau et comment le corps Jésus avait été mis. »


Engagées : parce qu’après la mise au tombeau, elles s'en retournèrent et préparèrent des aromates et des parfums. Elles observèrent le repos du sabbat. Dès la fin du sabbat, le premier jour de la semaine, de grand matin, les voilà en route, pour se rendre au sépulcre, portant avec elles les aromates qu’elles avaient préparés.

 

Avec saint Luc, nous saluons le courage, la solidarité et l’engagement des femmes dans l’épreuve de l’arrestation, de la crucifixion et de la mort de Jésus.

Pâques c’est la fête des femmes ! Des femmes qui demeurent solidaires et engagées dans les épreuves.

 

Permettez-moi de saluer toutes les femmes qui sont présentes dans cette assemblée en leur demandant de se mettre debout ! FEMMES ! BONNE FÊTE DE PÂQUES ! QUE GRÂCE VOUS SOIT TOUJOUS ACCORDÉES D’ETRE PRÉSENTES, SOLIDAIRES ET ENGAGÉES POUR LA CAUSE DE L’ÉVANGILE DU CHRIST ET DE SON ÉGLISE DANS NOTRE MONDE D’AUJOURD’HUI. AMEN

 

 

2.  Des femmes désemparées dans leur épreuve !

Bien motivées très tôt le matin pour embaumer le corps de Jésus au sépulcre, les femmes vont être totalement désemparées par le premier signe qu’elles vont  observer : « la pierre roulée sur le côté du tombeau » ! Lc 24, 2

 

3.  Des femmes qui surmontent la peur dans leur épreuve !

Elles osent entrer dans le tombeau !!! Lc 24, 3. Oui des femmes qui osent entrer dans le tombeau pour chercher le corps de Jésus !  Quel courage de leur part !

 

4.  Des femmes réorientées dans  leur épreuve  par une Parole dont  la véracité est assurée par le témoignage de deux hommes, en vêtement éblouissant !

Désemparées, déboussolées, désorientées dans leur recherche du corps sans vie de Jésus, les femmes vont être réorientées par la Parole dont la connotation véridique selon la tradition de l’époque est assurée par la présence de deux hommes en vêtement éblouissant : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ?  Il n’est pas ici, il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu’il vous a dit quand il était encore en Galilée : ‘il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite’  Alors elles se rappelèrent ses paroles. »


Désormais, les femmes ne doivent plus chercher un corps sans vie, mais le Vivant, dont la place n’est pas dans le tombeau… Mais le Vivant à retrouver par la mémoire de Sa Parole !  Oui la Pâques du Vivant inaugure une nouvelle Pâques pour les femmes au moyen de la mémoire vivante de sa Parole ! Voilà, la nouvelle orientation proposée aux femmes. Elles sont invitées à prendre le chemin de la Pâque du Vivant au moyen de la mémoire de Sa Parole.

 

5.  Des femmes missionnaires de la Pâques du Vivant !

Réorientées par la parole des deux hommes et surtout par la Mémoire de la Parole du Vivant (Lc 24, 8), voilà que les femmes deviennent à leur tour, missionnaires de la Pâques du Vivant auprès des Onze Apôtres !   Mais une mission à laquelle les apôtres pour l’instant n’accordent que peu de crédit … Ils doivent faire aussi leur Pâques …

 

6.  L’Apôtre Pierre qui se donne de la peine pour confirmer l’authenticité des signes annonciateurs de la Pâques du Vivant, rapportés par les femmes

Frères et Sœurs, retrouvons dans la démarche de Pierre, le devoir qu’il se doit d’assumer en tant que leader  du Groupe des Onze, d’authentifier les signes annonciateurs de la Pâques du Vivant. Par sa démarche au sépulcre, il assure l’authentification de ces signes qui sont : le tombeau ouvert  et le linceul qui était dans le tombeau.  Lui aussi Pierre, est appelé à faire sa Pâque… Ce ne serait pas au moyen d’un Ange ou de deux Anges, comme c’est le cas  des femmes de cette page d’Évangile, … mais ce serait par Le Vivant Lui-même, le Ressuscité qui se présentera à lui … pour le confirmer et faire de lui le Pasteur de ses brebis (Jn 21, 1-19)

 

7.  Pâques, c’est la Fêtes des hommes !

Oui Pâques, c’est aussi la Fête des hommes ! Des hommes qui cherchent à authentifier les propos des femmes et qui se montrent solidaires de leur juste cause ! 

Alors permettez-moi de saluer tous les hommes présents dans cette assemblée en leur demandant de se mettre debout !  Hommes, à la suite de Saint Paul, Joyeuse Fête de Pâques ! Que le Seigneur vous accorde la grâce et le courage d’authentifier les actes des femmes et surtout de les soutenir en menant  le bon combat de l’annonce de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ, le Vivant, dans notre monde d’Aujourd’hui. Amen !

 

 

8.  Pâques, c’est la Pâques du Vivant !  C’est la Pâques du Dieu de la Vie

Oui, le Dieu de Jésus-Christ, n’est pas le Dieu des morts !  Il est le Dieu de la Vie ! 

Le Dieu de Jésus-Christ n’est pas le Dieu qui se solidarise avec une culture de mort qui scelle le corps dans l’espace rétrécis des quatre murs d’un tombeau ! 

Le Dieu de Jésus-Christ est le Dieu du Vivant ! Le Dieu de la Vie  qui déploie la vie aux dimensions des larges espaces de la Galilée, aux dimensions de la Mémoire de la Parole Vivante de Son Fils.

 

Que grâce nous soit accordée d’être les messagers de cette bonne nouvelle, les messagers de la culture de la vie partout où nous sommes, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen !

 

Pere-Felix-Coulibaly.jpg

Abbé Félix Coulibaly

Aumônier National CEC Mali

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article