RAPPORT DU 23eme CONSEIL NATIONAL NYAMANA 2006 Par Abraham Koné

Publié le par CEC MALI

RAPPORT DU 23eme CONSEIL NATIONAL NYAMANA 2006

 

Réunit à NYAMANA (centre de formation catholique situé 20km de la ville de BAMAKO cadre idéal pour une bonne réflexion), la Communauté des Elèves et Etudiants Croyants du Mali (CEC Mali) a tenue son 23ème conseil national du 03 au 06 Septembre 2006.

Arrivés le Dimanche 03 / 09 / O6   au soir, nous avons procédé à la présentation des délégués venus des diocèses de KAYES, SAN, MOPTI, SEGOU et BAMAKO. Nous avons noté avec beaucoup de regret l’absence du diocèse de SIKASSO.

Les activités devraient commencer par une messe d’ouverture. Mais par faute de prêtre au conseil nous n’avons pas eu de messe d’ouverture. Les activités ont directement débuté par la cérémonie d’ouverture qui a noté la présence de M. KABORE Gérard coordinateur sous régional de la JEC de l’Afrique de l’Ouest francophone regroupant huit pays ( BURKINA-FASO, TOGO, BENIN, COTE D’IVOIRE, SENEGAL, GUINNEE CONAKRY, NIGER ET MALI ).

La cérémonie d’ouverture a commencé par l’allocution de bienvenue de la Sœur Conseillère Nationale en la personne de  sœur Fabou Francine DIASSANA. Après, ce fut le tour du Président National en la personne M.DARA Victor qui nous a livré le contenu de son discours d’ouverture dont voici le libellé :

Excellence, Monseigneur Jean ZERBO,

Monsieur le Coordinateur Sous Régional de la JEC de l’Afrique de l’Ouest Francophone,

Messieurs les Anciens Responsables de la CEC du MALI,

Révérende Sœur Conseillère de la CEC nationale du MALI,

Cher(es) délégué(es) venus des six diocèses du MALI, chers encadreurs laïcs, chers invités, mesdames et messieurs.

Après le 22ème conseil national tenu à SEGOU en septembre 2004 au tour du thème : « Non à la fraude et à la corruption, oui à la culture de l’excellence et du mérite dans nos établissements scolaires et universitaires. », nous voici encore réuni dans le cadre du 23ème conseil national de la CEC du MALI autour du thème central de la Campagne d’Année : « Elèves et Etudiants faisons de notre école un lieu de culture et de paix ».

Durant deux ans, nous, cécistes, n’avons ménagé aucun effort pour faire de notre école un lieu paisible où il fait bon d’apprendre à travers des activités et actions concrètes telles que : sketch, conférence débat, émission radiophonique, spot de sensibilisation, des plaidoyers auprès des autorités administratives et religieuses.

Mesdames et messieurs, chers invités, l’objectif principal de ce 23ème conseil national est d’évaluer toutes les activités et actions concrètes qui ont été entreprises durant ces deux dernières années autour de la Campagne d’Année, de mener des réflexions sur des maux qui minent encore notre espace scolaire et universitaire, d’apporter des solutions idoines pour une école malienne apaisée, performante et compétitive dans ce monde nouveau de mondialisation et d’intégration.

Mesdames, Messieurs, chers invités, avant de terminer permettez nous de remercier infiniment en ce jour mémorable tout ceux qui, de loin ou de près, n’ont ménagé aucun effort pour la bonne réalisation de nos différents objectifs selon les recommandations et résolutions du Conseil tenu à SEGOU qui sont aussi les vôtres. Qu’ils soient rassurer de notre profonde reconnaissance. Que DIEU qui est le maître et le détenteur de tout bien le leur rende au centuple.

Vive l’école malienne

Vive la CEC- MALI

Pour un monde meilleur

Après, ce fut le tour du Coordinateur Sous Régional.

 

Après ces allocutions, les travaux ont tout de suite débuté par la présentation des différents rapports d’activités.

 

RAPPORT DES ACTIVITES DE LA CEC 2004-2006

Diocèse de MOPTI

1- Historique du diocèse :

Le diocèse de MOPTI est le dernier-né des six diocèses du Mali. Erigé en diocèse en 1964, Monseigneur Georges BIARD fut le premier évêque titulaire(paix à son âme). Enfant des sables de Tombouctou et de Gao ; fortement marqué dans ses origines par l’apostolat en milieu musulman, le diocèse de Mopti, a acquis sa majorité lors d’une transplantation. Depuis son transfert en 1942, le cœur de la préfecture apostolique se trouvait à Gao. En 1964 le saint siège transféra le siège de l’évêque a Mopti, en créant le diocèse du même nom et en supprimant la préfecture apostolique de Gao. Ce nouveau diocèse qui s’était enrichi en 1952de tout le pays Dogon qui en devenait la parti vital, puisqu’il comprenait 4 paroisses fondées entre 1949 et 1957. Ségué, Pel, Bandiagara, et Barapireli. Aujourd’hui le diocèse compte six paroisses et couvre les régions de Mopti, Tombouctou, Gao et Kidal.

 

  1. Le mouvement C.E.C

Le mouvement CEC a débuté au mois de novembre dans l’ensemble des paroisses. Plus de 200 jeunes ont été réguliers pour l’ensemble du diocèse avec plus de 30 accompagnateurs qui les ont aidés. Chaque équipe de base a bien exploité à travers les conférences, la sensibilisation et des actions concrètes la campagnes d’année. Elèves et Etudiants faisons de notre école un  lieu de culture et de paix.

 

  1. Le nombre d’équipe de base

Le diocèse compte sept équipes de base : Sévaré, Bandiagara, Ségué, Pel, Barapireli, Koporo -Pen. A Gao le mouvement s’est remplacé par la jeunesse catholique.

 

  1. Le nombre de cecistes par équipe de base

Barapireli : 35 Cecistes

Pel : 30 Cecistes

Bandiagara : 32 Cecistes

Ségué : 25 Cecistes

Sévaré : 20 Cecistes

Koro : 40 Cecistes

Koporo-pen : 27 Cecistes (équipe créée en 2006).

 

  1. Nombre de cecistes dans le diocèse

Garçons : 160

Filles : 49 / Total : 209

 

  1. Les activités programmées et menées en 2004-2006

Durant les deux années, chaque équipe de base a mené des activités lucratives et caritatives, des conférences et des sensibilisations autour de la campagne d’année.

  • les activités lucratives :

Transport de banco

Transport de fumier

Transport de foin

Ramassage de tiges

Confection des briques

 

  • les activités caritative

Visite des malades, des personnes âgées une fois par trimestre.

Nettoyages des lieux publics et de prière (église, temple, mosquée).

Marche de carême.

Animation de la messe une fois par trimestre.

 

  1. Relations avec les autorités ecclésiales

Avec les autorités de l’Eglise nos relations sont bonnes. Les aumôniers et sœurs conseillères assistent à nos rencontres et tous nos rapports d’activités sont fournis à l’Evêque.

Avec la communauté chrétienne la collaboration est bonne car beaucoup de fois nous travaillons ensemble : marche de carême, animation de la messe. Nous tissons aussi de bonnes relations avec les autorités administratives.

 

  1. Perspectives, les difficultés, les joies

Les difficultés : elles sont énormes.

  • le manque de documents
  • la non connaissance du mouvement par certains membres 
  • manque de visite des membres du bureau national au niveau des équipes de base

Les joies :

  • la joie de se rencontrer et de travailler ensemble pour l’avènement d’un monde meilleur où règnent la paix, l’amour, la justice.

          Les perspectives :

Pour une bonne marche du mouvement, nous demandons au bureau national

  • D’organiser des journées de rencontre entre cecistes.
  • De procurer à tous les bureaux diocésains CEC des documents.
  • D’organiser des sorties de sensibilisation au niveau des équipes de base
  • D’organiser un forum national de la CEC.

 

  1. Bilan Financier

Nos équipes de base vivent de la cotisation annuelle des cecistes. Cela varie entre 1000 F à 1500 F selon les équipes de base et les activités lucratives menées.

Au niveau du diocèse de Mopti, les cotisations s’élèvent à 7500 F par an et par équipe de base ; dont 2500 F pour le bureau diocésain et 5000 F pour le bureau national.

 

 

Le diocèse de San

  1. Historique

Le diocèse de San se situe au Sud-Est du Mali. Il se trouve dans une zone soudano-sahélienne avec un climat de type tropical et une végétation composée de savanes arborées très dégradées. La population est estimée à plus de 580.000 hts, vivants en majorité dans les villages. L’économie est essentiellement basée sur l’agriculture et l’élevage. En saison sèche, l’activité principale se réduit à l’artisanat et au maraîchage.

La présence de l’Eglise sur le diocèse se repartie en six paroisses : Mandiakuy, Sokoura, San, Tominian, Touba et Timissa. Le nombre de baptisés fait environ 5% de la population. Une centaine d’agents apostoliques travaillent sur le diocèse, l’évêque du diocèse son Excellence Mgr. Jean Gabriel DIARRA, a mis sur pied en 1994  la Coordination diocésaine des MAC et de la jeunesse, pour s’occuper de l’action Catholique et de la pastorale de la jeunesse. La CEC se trouve animée par cette structure pour constituer une présence transformatrice de l’église dans le monde scolaire et ‘‘étudiant’’. La présence de la CEC devient de plus en plus nécessaire en ce moment où les écoles se multiplient sur le diocèse et la qualité de l’éducation dans nos établissements laisse à désirer. 

  1. Nombre d’équipes de base et de cecistes

Le diocèse compte six équipes de base :

Togo : 25 cecistes dont 12 filles

San : 24 cecistes dont 10 filles

Tominian : 30 cecistes dont 16 filles

Mandiakuy : 32 cecistes dont 20 cecistes dont 20 filles

Dioa : 31 cecistes dont 21 filles

Mafouné : 20 cecistes dont 10 filles

Les effectifs donnés par équipe tiennent uniquement compte des militants réguliers, ainsi le diocèse compte 162 cecistes dont 89 filles.

  1. Activités menées

Le diocèse n’a pas élaboré un programme d’actions 2004-2006 pour le mouvement. Ses activités ont été intégrées dans le programme général de la Coordination des MAC. Dans le cadre de se programme la CEC a participé au niveau des paroisses aux journées inter-mouvements qui constituent un lieu d’échange, de partage d’expériences et de formations pour tous mouvements existant sur la paroisse pour favoriser la collaboration entre mouvement dans la pastorale d’ensemble. elles a organisée aussi un camp diocésain du 19 au 21 Mai 2006 à Mandiakuy pour la formation de ses militants et l’amélioration de son organisation interne.

Quatre vingt quatorze personnes ont pris part à ce camp.

Dans les équipe de base le mouvement effectue comme activités celles qui suivent :

  • Réunion régulières
  • Des journées de formation
  • Des marches de carême
  • Des nettoyages d’églises, des paroisses, de centre de Santé ou d’autres lieu publics.
  • La semaine de l’élève ou de l’étudiant, la célébration de la journée de la CEC.
  • Des animations liturgiques
  • Des ventes de journaux, de gâteaux ou d’autres articles.
  • Des conférences sur la fraudes et la corruption.
  • Célébration d’ouverture et de clôture d’année.
  1. Relations avec les autorités ecclésiales

Les relations avec les autorités ecclésiales sont assez bonnes excepté quelques cas d’incompréhension qu’on arrivent toujours à résoudre par le dialogue. Nous n’avons pas de relations de collaboration directe avec les autorités administratives. Ce sont des relations de collaboration, de compréhension et de fraternité. Toutes les équipes s’engagent activement dans la vie de leur communautés.

  1. Les difficultés, les joies et perspectives.
    1. Difficultés

Irrégularité des membres aux réunions dans certaines équipes

Le payement insuffisant des cotisations

Absence d’aumônier ou de sœur conseillère pour l’équipe de San.

Les critiques ainsi que l’opposition de certains élèves aux activités menées pendant la semaine de l’élève.

  1.  
    1. Les joies

la participation active de la vie des communautés ainsi que la transformation du monde scolaire et étudiant.

La formation chrétienne et humaine que nous recevons dans la CEC

La fraternité vécue entre cecistes

La participation au camp lieu d’échange et d’ouverture à l’autre

  1.  
    1. Les perpectives
    2. au niveau diocésain nous avons en perspective, la mise sur pied d’une structures diocésaine pour la CEC. Une formation des militants est prévue pour l’année prochaine. Il y a aussi la perspective de rédaction de l’histoire de la CEC sur le diocèse. Des débuts à nos jour. Au niveau des équipes de base il y a la volonté de renforcer les activités en direction du monde scolaire. 
  1. Bilan financier

Les activités de mouvement sont soutenues par les paroisses à la base. chaque équipe de base entretien une caisse pour la cotisation nationale et pour participer au financement des activités du mouvement. La coordination prend en charge les dépenses des camps et formation diocésaine ainsi que les frais de déplacement et autres charges des cecistes, responsables, sœur conseillères et aumôniers pour les rencontres nationales ou diocésaines. Compte tenu de cette variété dans le financement et la prise en charge des activités du mouvement nous ne pouvons pas fournir un bilan financier réaliste et fiable.

 

En conclusion, nous pouvons dire que la CEC se porte bien sur le diocèse de San. Elle marche bien à la base pour la satisfaction générale de ses militants et des communautés chrétiennes ainsi que la transformation du monde scolaire. Pour renforcer ses capacités il faudra mettre l’accent sur la formation des militants ainsi que sur la présence aux équipes des aumôniers, sœurs conseillères et responsable laïcs sans oublier la mise sur pied d’une équipe dirigeante au niveau diocésain.

Pour la CEC

Le coordination diocésain des MAC

 RAPPORT D’ACTIVITES DU DIOCESE DE KAYES 2004-2006

Le diocèse de Kayes est l’un des diocèses du Mali où les 1ers missionnaire se sont installer vers les années 1888 dans la paroisse de Kita ou réside le statut de la vierge marie.

Aujourd’hui il compte 7 paroisses à sa tête son Excellence Mgr Joseph DAO. Le mouvement CEC est présent dans 3 paroisses à savoir Kayes, Kita, et Kakoulou. Le diocèse de Kayes compte environ 109 cecistes dont 60 garçons et 49 filles répartis dans les différentes équipes de base : Kayes (25 cecistes), Kita (72 cecistes), Kakoulou (12 cecistes).

Les activités menées

Les différentes activités menées sont : confection des briques, des visites de courtoisies entres cecistes, des visites aux prisonniers, des conférences débats dans les écoles et au cours des rencontres des jeunes, kermesse, les animations liturgiques, des journées de sensibilisation sur la campagne d’année en cours, sensibiliser les élèves et étudiants sur la campagne d’année en cour.

En effet ce programme d’activités 2004-2006 n’a pas été exécuté comme le souhaité pour les raisons suivantes :

  • l’irrégularité des cecistes aux réunion
  • non payement des cotisations
  • non assistance souvent des responsables de l’église (moralement)

malgré toutes ses contraintes sociales nous sommes soudes.

 

Relations avec les autorités ecclésiales

Nous collaborons parfaitement avec les agents pastoraux malgré le nombre restreint des prêtres et des sœurs dans le diocèse, par contre souvent nos agents pastoraux sont absents aux réunions due à d’autres occupations dans les paroisses. C’est le lieu de remercier notre père évêque monseigneur Joseph DAO pour son implication personnelle à la survie du mouvement CEC.

 

Au niveau communautaire

La communauté des élèves et étudiants croyants mène des activités avec d’autres mouvements d’actions catholiques du Diocèse, Tels que : Jumelage avec la chorale des animations liturgiques, nettoyage des lieux de l’Eglise ; des collaboration avec d’autres jeunes de notre milieu pour l’exécution des travaux dans le quartier (nettoyage du quartier, de la mairie au niveau administrative.

Compte tenu de la méconnaissance du mouvement par certains responsables administratives, nous sommes souvent victime de rejet faute de perdre leur place ou de les discretés.

  • les difficultés, les joies, les perspectives
  • Le mouvement CEC de Kayes traverse des moments de crise
  • La non implication des jeunes dans toutes nos paroisses
  • La mutation des uns et des autres dans les lieux d’études qui amène souvent le problème de relève.
  • La non payement des cotisations pour certain cecistes pour alimenter la caisse paroissiale ou diocésaine
  •   Les joies
  • l’une des joie du mouvement CEC de Kayes est la participation du diocèse à des rencontres au niveau local que national.
  • Nous tissions d’énormes relation avec d’autres jeunes d’actions catholiques (JOC, Amis de Kizito…)
  • Les perspectives

Nous cecistes de Kayes, voulons :

  • L’implantation du mouvement CEC dans toutes nos paroisses
  • Renouer avec la rencontre diocésaine.
  • Etre en contact permanent avec le bureau national en matière de documentation et de communication au temps opportun 
  • Bilan financier

Chaque équipe de base fonctionne de façon autonome pour l’alimentation de sa caisse locale mais envoie annuellement une cotisation de cinq mille francs (5000) à la caisse diocésaine

Au paravent il y avait 602 000F dans la caisse diocésaine

Nous avons dépensé pour ce voyage 90 000 Francs à chaque mouvement d’action catholique un fond de déroulement ou monte de projets à des bailleurs de fond.

Nous remercions les délégations des différents diocèses pour leur participation à ce 23ème conseil national.

Vive la CEC Portons haut le flambeau.

 

 

PRESENTATION DU DIOCESE

1. L’archidiocèse de Bamako est situé au plein centre de la région de Koulikoro. Il est limité au Nord par le diocèse de Kayes au Sud par le diocèse de Sikasso à l’Est par le diocèse de Ségou et à l’Ouest par Kayes et la Guinée Konakry. Il y a plusieurs congrégations qui travaillent dans l’archidiocèse de Bamako qui entre autre les missionnaires d’Afrique, les solesions, Divin amour FCIM, Frère du sacré cœur bien… les prêtres diocésain pour ne cité que cela parmi tant d’autres. Nous avons quelque maison de formation qui sont le moyen séminaire Pie XII de Koulikoro l’aspirât et le noviciat des FCIM à Kati, le grand séminaire à Samaya. Il y a 4 paroisses urbaines et 6 paroissesrurales

2. Nombre d’équipe CEC

Nous avons environs 12 équipes CEC dont 7 équipes urbaines et 5équipes rurales

3. Nombre de cecistes par équipe

le nombre de cecistes par équipe varie entre 10 et 30

Nous avons environs 150 cecistes actif dans l’archidiocèse de Bamako.

Le nombre de cecistes fille et garçons nous n’avons pas le chiffre exact par rapport à cela.

4. Les activités et actions menées en 2004-2006 et le programme d’activité.

Depuis la mise en place de notre bureau en février 2005.

Notre première action a été de participe à la marche de carême Bamako Kati. C’est a dire de l’organisation est la remonté des équipes était confié au bureau diocésain qui nous a permit de faire connaître notre mouvement. Nous avions organisé des Tombola kermesse le 1er le 8 Mai 2005 et le second 25 Mai 2005 qui alimente notre caisse qui était au rouge. Le bureau de la CEC a été coorganisateur de toutes les rencontres des jeunes dans l’archidiocèse de Bamako.

Le 30 Avril 2006 le bureau a animé l’émission catholique en collaboration avec le père Bernard Richard de la paroisse Ste Monique. Lors de cette émission nous avions fait le bilan de la route de carême 2006 de l’organisation jusqu’à fkin 10 minutes ont été accordé au bureau diocésain de faire connaître le mouvement et véhiculé notre campagne d’année. Du 20 au 21 Mai 2006 une sortie sur Moribabougou. Lors de rencontre des conférences ont été fait notre campagne d’année et une formation sur la révision de vie qui était animé par la sœur Jacqueline conseilleur international de JICI. Dans le diocèse beaucoup d’activités par des équipes de base. Organisation des cours privé dans les écoles fondamentale, des conférences débats des concours d’excellences, toutes les actions ont porté fruit les bénéficiaire ont appréciés et souhaités que ça dure aussi longtemps. Voilà Madame et Messieurs ce qui a été réalisé au cours de l’année 2004-2006.

 

Ce qui reste a réalisé est organisé des conférences dans les établissements secondaires en collaboration avec la direction nationale de l’enseignement secondaire générale dont le directeur est ancien membre de notre mouvement.

Des concours d’excellence au niveau fondamentale, secondaire et supérieur.

4. RELATION

Les relations avec les autorités ecclésiales sont plutôt bonne ainsi les autorités administratives et nos communautés.

6. LES DIFFICULTES, LES JOIES ET LES PERSPECTIVE

Problèmes financiers, manque de communication, problème de déplacement. Joie (la formation au sein des équipes de base, une bonne collaboration entre les membres.

Perspectives (nous sommes en collaboration avec la direction nationale de l’enseignement secondaire des dits établissement. Redynamiser les équipes mourantes.

7. BILAN FINANCIER

Caisse au départ : 30 000F

2 Kermesses :        69 600F

Dépenses :           95 000F

Solde :                    6 500F  

 

SEGOU

PRESENTATION

Cette année 2002-2004 est la suite logique de notre campagne d’année CEC(2004-2006) qui a pour thème : “ELEVES ET ETUDIANTS FAISONS DE NOTRE ECOLE UN LIEU DE CULTURE ET DE PAIX” notre équipe s’est donnée pour devoir de faire comprendre en premier lieu aux Cecistes ce qu’est ce la culture et la paix et sensibiliser les partenaires de l’école (élèves, maîtres, parents) à plus d’engagement pour une école mieux cultivée et paisible. Cette campagne de sensibilisation s'est déroulée à travers plusieurs activités.

La CEC de Ségou a réunie cette année dix neuf (19) élèves et étudiants dont 10 filles et 9 garçons.

Ce nombre s’est vu régressé à la fin de l’année, seul six (6) sont restés actifs.

Nous avons bénéficiés de l’appui de l’Aumônier des mouvements (Ab Cyprien Diarra) ;

D’une conseillère laïques(MME CORNIAUX Marie Thérèse) et deux Accompagnateurs (M. Hervé Dénou et Mlle Marie Dembélé) ;

L’Aumônier de la jeunesse (Ab Evariste Ouédrago)

Après le lancement officiel de toutes les équipes par le Bureau en octobre 2005, l’équipe CEC Ségou a débuté les activités avec une Messe d’ouverture après la mise en place du bureau.

Composition du bureau :

Doubahan Rosa Dakouo : Présidente

Alice Dembélé : Trésorière

Araba Emmanuel : Secrétaire à l’information

Bruno Sanou : Secrétaire administratif

Programme

  1. Apprentissage des chansons de la CEC
  2. Commande de foulards au bureau national
  3. Animation de la messe
  4. Conférence sur la culture et la paix
  5. Vente de gâteaux
  6. Formation des accompagnateurs, aumôniers, Sr conseillères
  7. Soirée dansante
  8. Préparation du 1er Mai (journée de la CEC)
  9. Animation théâtrale sur la C.A.
  10. Conférence le 1er mai sur la C.A.
  11. Formation sur la révision de vie
  12. Sortie à Niono avec la CEC de Niono (Evaluation des activités annuelles de chaque équipe de base)  

Difficultés, joies, perspectives :

Difficultés : Irrégularité de certain Cecistes aux rencontres (plupart des garçons)

                    Difficulté de mobilisation de fond

                    Insuffisance de soutiens financiers

                    Difficultés d’information entre Ségou et l’équipe de Niono

Joies : l’appui de l’aumônier des mouvements,

           L’expérience de la Conseillères

           Régularité des rencontres

           Union et fraternité au sein de l’équipe

           Soutien de la communauté chrétienne

            Payement des cotisations

            Les réunions de tous les mouvements 

Recommandations : procéder à une révision de vie dès le début de l’année pour  mieux situé les activités

                               Inciter les cecistes non réguliers à plus de dévouement

                               Elaborer un projet de senibilisation pour faire connaître la      CEC aux élèves et étudiants

                            Mettre en place des activités génératrice de revenu

                            Solliciter chaque année l’aide de l’académie d’enseignement

Remerciement :

Nous ne s’aurons terminés sans remercier tout ce qui de près ou de loin nous ont soutenu tout au long de ces deux ans.

Nos remerciement a notre aumônier l’Abbé Cyprien DIARRA, Mme CORNIAUX Marie Thérèse CARDOZO DASYLVA qui nous a beaucoup aidée par ses conseisl mais aussi financiers, l’Abbé Evariste OUEDRAGO pour ses conseils.

Nous n’oublions pas nos deux accompagnateurs M. Hervé DENOU et Mlle Marie DEMBELE (accompagnatrice en formation), ils se sont toujours battu corps et âme pour la réussite de nos activités. La journée du 04 09 06 a pris fin par la présentation du rapport sur les deux ans du bureau national. Après critiques et subjections, le bureau a noté avec beaucoup intérêt les différentes recommandations et a promis de les transmettre aux générations futurs et ensuite nous avons fait la prière.

La journée du 05 09 06 a débuté par la prière puis se fut les travaux en commissions dont les recommandations qui sont ressortis sont les suivants :

  1. Commission spiritualité :
  1. Que le ceciste respecte l’idéal du mouvement en étant fidèle aux objectifs.
  2. Que le ceciste soit courageux de dénoncer toute action qui va à l’encontre de la parole de Dieu (Fraude – corruption – injustice) tout en n’étant pas soi-même complice.
  3. Que les équipes de base programment des moments de prière et de partage d’évangile.    

II. Commission thème de la campagne d’année :

  1. En dépit de la connotation politique que pourrait avoir le mot campagne, nous recommandons l’appellation ‘‘ Thème de la campagne d’année’’
  2. Que les cecistes fassent des tournées de sensibilisation au niveau des partenaires d’école, organisent des conférences débats, concours d’excellence, médiatisent les actions…
  3. Thème de la C.A

Le conseil national choisit au titre de l’année 2006- 2008

Le thème de la C.A suivant « Ceciste, apporte ta pierre à la construction d’une école compétitive et performante »

 

QUESTIONNAIRE SUR LE THEME DE LA CAMPAGNE D’ANNEE

Voir :

  1. Qu’est ce qu’une école compétitive et performante ?
  2. Connaissez –vous des écoles performante dans votre localité ?

Si oui, en quoi sont-elles performantes ?

  1. Que comprends-tu par : Apporter ta pierre à la construction d’une école compétitive et performantes ?
  2. Que disent les saintes écritures par rapport à la perfection ? dite des passages si possible ?

Juger :

  1. Depuis une décennie le niveau scolaire est en baisse et nos diplômes ne soient plus compétitifs : vrais ou faux ?

Si vrais qu’elles en sont les causes, les conséquences. Enumérez-les

Si faux, pourquoi ?

  1. Es- tu sûr et certain que l’école malienne peut dans les années à venir être compétitive et performante.

Si oui comment ?

Si non pourquoi ?

Agir :

  1. Toi ceciste, quelle contribution feras-tu pour que ton école soit compétitive ?
  2. Quelle action concrète comptes-tu mener pour rehausser le niveau de l’école malienne ?
  3. Quels conseils pratiques donneras-tu à ton frère, sœur, camarade pour qu’il réussisse à l’école, à la faculté ?

 

III. Commission Finance

  1. Au niveau local :
  • Que tous les membres des équipes de base s’acquittent obligatoirement de leur cotisation.
  • Organiser des activités lucratives : kermesse, soirées dansantes, projection de film, transport de briques…
  1. Au niveau diocésain :
  • Que les équipes diocésaines soient strictes dans la régularité des paiements de cotisation de ses équipes de base respectives.
  • Elaboration des micros projets
  • Organiser des concerts payants en collaboration avec les chorales (chercher des bailleurs et sponsors)
  1. Au niveau national :
  • Etre plus exigeant dans l’acheminement des cotisations,
  • Pénaliser les diocèses qui seront en retard dans le paiement des cotisations
  • Faire des projets à long terme
  • Que les équipes en retard dans leur cotisation se mettent à jour dans un bref délai sous peine de non participation au conseil national.

BN :

Notre mouvement est menacé de ne plus faire partie de la Panafricaine et de l’internationale (JECI) suite au retard de plus de 10 ans de paiement des cotisations. Par conséquent le conseil de la CEC du Mali exige le paiement de 85 000F cfa (quatre vingt cinq mille Francs CFA) par diocèse et par an en lieu et place des cotisations annuelles de 2007 au plus tard le 15 mars 2007.

IV. Commission Formation, Information, Documentation :

  1. Formation :
  • Au niveau local :
  • Que les équipes de base choisissent des responsables capables de leur transmettre les messages reçus lors des formations.
  • Que les responsables aillent de plus en plus vers les anciens pour profiter de leur expériences.
  • Organiser des formations au moins une fois par trimestre
  • Au niveau diocésain :
  • Que les responsables diocésains organisent une formation en début d’année pour tous les militants du diocèse exigeant la présence de tous les responsables.
  • Au niveau national :
  • Que le bureau national organise une formation annuelle pour les équipes diocésains selon les moyens financiers.

Ex : Regroupes les diocèses qui sont proches pour réduire les coûts.

  • Que les responsables diocésains envoient leurs programmes d’activités au bureau national en début d’année pour une meilleure coordination plus les contacts fiables.
  • Au niveau international :
  • Que la CEC du Mali œuvre pour participer au conseil mondial prochain de la JEC qui se tiendra à KAMPALA en Août 2007.
  1. Information
  • Que les coordinations diocésaines créent des boîtes électroniques et les communiquent au bureau national.
  • Qu’au delà de 3 mois information, les équipes diocésaines appellent le BN par téléphone.
  1. Documentation :
  • Que les responsables sortants ne s’en aillent pas avec les documents existants
  • Faire des dépliants pour les grandes rencontres sur les éléments essentiels du mouvement.
  • Faire un polycope sur la vie du mouvement (CEC) de sa création à nos jours adressé aux équipes de base dès le début d’année.

V. Commission vie du mouvement :

  • Accompagnement :
  • Organiser des sessions de formation des accompagnateurs à tous les niveaux sur la connaissances du mouvement au moins une fois par an
  • Que les accompagnateurs préparent leur relève en faisant recours aux anciens cecistes disponible
  • Activités :
  • Que le ceciste s’engage à participer pleinement à l’exécution des décisions prises au sein de l’équipe.
  • Que les équipes diocésaines initient des camps inter-diocésains
  • Faire des jumelages avec d’autres mouvements d’action catholique au Mali et dans la sous région.
  • Maintenir le lien avec la panafricaine et l’inter-national.
  • Engagement des cecistes.
  • Que les cecistes aient une conviction du mouvement (inter-ceciste, inter-équipes)

V. Commission vie des équipes

  • Que les équipes aient une connaissance parfaite du mouvement.
  • Faire des séances de sensibilisation sur les conséquences des absences répétés.
  • Elaborer un programme concret conforme avec l’emploi du temps du maximum de cecistes.
  • Rédynamisation des équipes en difficulté en leur rendant visite et en les assistant.
  • Assigner une responsabilité à tous les cecistes de chaque équipes
  • Que les équipes prennent des sanctions contre les irréguliers.
  • Que la révision de vie continue dans les équipes de base.

COMMISSION JUBILE D’OR

  • Monter un projet national.
  • Mettre en place des commissions d’organisation différentes des membres du bureau national et composées de personnes expérimentées ( Abraham Koné, Benoît Dakouo, christine Traoré, Etienne Sissoko, Blaise Koevogui, Jean Luc Kamaté)
  • Rencontrer la CEM pour parler de l’organisation du Jubilé.
  • Impliquer les anciens cecistes pour aider dans la préparation du dit Jubilé soit fêté au niveau local, diocésain, puis national. Période début Septembre 2007, pendant une semaine.

   

Publié dans RAPPORTS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article