La révision de vie

Publié le par CEC MALI


L’histoire de l’humanité n’est pas une histoire refermée sur elle-même. Notre histoire a un sens. Et nous, jécistes, nous sommes un « mouvement », nous sommes en mouvement : nous savons où nous allons. Nous ne bougeons pas dans n’importe quel sens. Nous allons vers le Père, à la suite du Christ qui nous montre le chemin. Nous sommes poussés par l’Esprit, sur ce chemin.

Le Christ qui est déjà venu, nous demande de porter des fruits. « Le grain qui a été ensemencé dans la bonne terre, c’est celui qui entend la Parole et comprend : alors, il porte du fruit et produit l’un cent, l’autre soixante, l’autre trente. » Matthieu 13,23.

Et quels sont les fruits que nous pouvons porter ?

« Voici le fruit de l’Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur, maîtrise de soi » Galates 5,22.

 

… L’Esprit de Dieu qui reposait sur Isaïe et sur Jésus, repose aussi sur nous.

Ensemble, en famille, (au Gabon, on dit : « en comité ») animés par l’Esprit, prenons le temps de réviser notre vie : quels sont les fruits que nous portons ?

Nos établissements scolaires, nos quartiers, nos familles, bref, notre société est-elle en train de devenir le Royaume de Dieu ? Si le Christ revenait tout à l’heure… dans sa gloire… trouverait-il les fruits qu’il attend ?

 

Revoyons notre vie, portons du fruit. « Le Royaume des cieux est comparable à du levain qu’une prend et enfouit dans trois mesures de farine, si bien que toute la masse lève. » Matthieu 13,33.

Soyons ces quelques grammes de levure qui transformeront toute une société.

 

QUELQUES DIFFICULTES :

— Ceux qui n’ont jamais rien vu. Il faut leur payer des lunettes. Il faut prier, comme l’aveugle de l’évangile : « Seigneur, fais que je voie ». Ils sont timides : l’animateur s’arrangera pour les faire parler petit à petit.

— Ceux qui ne voient que les catastrophes : attention, il n’y a pas que des accidents. Dieu est aussi présent dans les petites choses !

— Ceux qui parlent beaucoup : au premier tour de table, il faut raconter rapidement !

— Quand on cherche les causes, il faut aller le plus loin possible. Il faut chercher « le pourquoi du pourquoi » : Ø Pourquoi fait-il du bruit en classe ? Parce qu’ils se sentent supérieur aux autres.

Ø Pourquoi se sent-il supérieur aux autres ? Parce qu’il redouble.

Ø Pourquoi redouble-t-il ? Parce que l’an dernier, il était souvent malade et ses parents ne s’occupaient pas de lui.

Ø Pourquoi ses parents ne s’occupaient pas de lui ? Etc …

 

Sur toutes ces réponses à tous ces pourquoi, vous allez bien trouver un endroit où vous pourrez agir pour essayer d’arranger la situation.

 

JUGER :

Juger, ce n’est pas se transformer en tribunal, ni même juger en fonction de nos idées personnelles, mais c’est regarder les choses qui se passent autour de nous avec le regard même du Christ.

C’est répondre à la question : que penserait le Christ devant cette situation ?

Pour regarder avec les yeux du Christ, il faut une connaissance profonde de l’Evangile. Les attitudes du Christ, ses paroles doivent nous être familières . Alors je pourrais dire avec Saint Paul : « Je vis, mais ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi » . (Galates 2,20)

Le fait qui a été retenu, est analysé en détail :

 

— Qu’en pensent les gens, habituellement ?

— Qu’en pense notre groupe de chrétiens ?

— Qu’en pense le Christ ? Pouvons-nous nous référer à tel ou tel passage de la Bible ?

 

DIFFICULTES :

 

Certains jécistes ne possèdent pas de Nouveau Testament, ou ne le lisent pas …

Il ne s’agit pas de porter un jugement moral sur des personnes ou sur une situation : « Ne jugez pas et vous ne serez pas jugés ». Matthieu 7,1.

C’est bien ou c’est mal… Le Christ n’est pas venu pour nous apprendre la différence entre le Bien et le Mal. Tout homme normal sait déjà cela, dès l’âge de raison…

Le Christ est venu annoncer une bonne nouvelle, il est venu libérer les hommes maltraités. (Relire Luc 4,16-21)

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi de vous donnerai le repos »

Matthieu 11,28

 

AGIR :

Chercher à savoir ce que le Christ en pense, c’est aussi entendre son appel. Qu’est-ce que le Christ nous demande de faire dans ce cas bien précis ?

Agir, c’est faire ce qu’il faut pour rendre notre vie agréable à Dieu.

Agir, c’est rencontrer Dieu : « Tout ce que vous faites au plus petit d’entre mes frères, c’est à moi que vous le faites ». Matthieu 25,40

Agir, c’est refuser de croire « qu’il n’y a rien à faire » : « Ceux qui appartiennent à la lumière doivent être aussi habiles que les gens de ce monde » lit-on dans saint-Luc au chapitre 16,1-8.

 

Agir, c’est croire qu’avec l’aide du Christ, on peut se transformer. Par de petites actions, par des actions « transformatrices », les jécistes vont essayer de transformer cette société en Royaume de Dieu. Il s’agit de construire un monde où règnent la liberté, la vérité, la justice, la paix, en un mot, l’amour. Ce que Dieu veut, c’est que l’amour règne sur toute le Terre (sur la Terre comme au Ciel ! )

Ce troisième temps de la révision de vie doit nous faire déboucher sur des décisions concrètes.

 

EVALUER :

Nous savons tous qu’il est souvent difficile de réaliser une action. Quand nous y arrivons, nous devons être capables de dire si nous l’avons vraiment réussie ou non.

Voici une méthode d’évaluation :

 

1. Rappel : Quel était le but de notre action ?

2. L’entourage : Comment l’entourage a-t-il accueilli notre action ? Les gens se sont-ils sentis concernés, leur participation a-t-elle été effective ? Nous ont-ils aidés ? Nous ont-ils compliqué la tâche ?

3. Les jécistes : Les jécistes du comité ont-ils vraiment participé à l’action ? Combien étaient-ils ? Quel lien faisons-nous entre notre foi et l’action que nous avons réalisée? Que pensons-nous de l’organisation de cette action ? Ce qui a été vécu a-t-il été célébré au cours d’une prière ou d’une messe ?

4. Conclusion : Le but a-t-il été atteint ? Quelle suite donnerons-nous à notre action ?

 

Que proposons-nous comme amélioration ? Sur le plan financier, y a-t-il eu des dépenses faites ?

Il arrive souvent que l’action qui avait été décidée n’a pas été réalisée… La question à laquelle il faut alors répondre es simple : pourquoi ? Que s’est-il passé ? Quelles nouvelles décisions faut-il prendre ?

N.B. Ceci n’est qu’une proposition pour une démarcher d’évaluation. Vous pouvez, évidemment, en fonction de l’activité réalisée, modifier le style et l’arranger selon ce qui convient le mieux.

CELEBRER : Tout vient de toi, ô Père très bon, nous t’offrons les merveilles de ton amour.

Ce que nous avons vécu, ce que nous avons fait, nous pouvons non seulement l’évaluer, mais aussi le célébrer. Qu’est-ce à dire ?

Le célébrer, c’est le mettre explicitement entre les mains de Dieu.

Et la meilleure façon de le célébrer, ce sera évidemment de le faire au cours d’une eucharistie. A la messe en effet, le Christ s’offre à son Père, et avec lui, nous offrons nous aussi notre vie au Père : « par Lui, avec Lui et en Lui… »

Alors n’hésitons pas : apportons à l’autel le fruit de notre travail, le fruit du travail de notre comité.

Nous n’oublierons pas de remercier le Seigneur pour ce qu’il nous a donné de vivre.

Nous commencerons sans doute par lui demander d’avoir pitié de nous qui avons peut-être manqué de courage. Il y a quelques années, l’expression à la mode chez pas mal de jécistes était celle-ci : « Je n’ai pas le temps…! »

Il va de soi que la prière, à la fin d’une réunion, sera en rapport avec le sujet qui nous aura retenus au cours de la révision de vie.

 

EN GUISE DE CONCLUSION :

Dans le livre de Ben Sirac le Sage, nous lisons au chapitre 17, 1-10 :

Le Seigneur a créé l’homme en le tirant de la terre, et il l’a fait retourner à la terre. Il a donné aux hommes des jours comptés, un temps déterminé, il a remis en leur pouvoir ce qui est sur la terre. Il les a revêtus d’une force pareille à la sienne, il les a faits à son image. Il a mis en tout être-vivant la crainte de l’homme, pour que celui-ci commande en maître aux bêtes sauvages et aux oiseaux.

Il a donné aux hommes du jugement, une langue, des yeux, des oreilles et un coeur pour réfléchir. Il les a remplis de savoir et d’intelligence, il leur a fait connaître le bien et le mal; Il a mis dans leur coeur son propre regard pour leur faire voir la grandeur de ses oeuvres. Ils célébreront le Nom très saint en racontant la grandeur de ses oeuvres ; il leur a aussi accordé le savoir, il leur a donné en héritage la loi de la vie.

 

Dans les quelques lignes de ce livre de l’Ancien Testament, vous retrouvez très facilement les différents éléments de la Révision de vie, dont nous venons de parler.

« Il a donné aux hommes des jours comptés » : dommage pour ceux qui n’ont pas le temps !

« Il a donné aux hommes des yeux, des oreilles… » : VOIR

« Il a donné aux hommes du jugement,[…] un coeur pour réfléchir, […] il les a remplis de savoir et d’intelligence… » :

 

 JUGER

« Il les a revêtus d’une force pareille à la sienne » : tant mieux pour ceux qui pensent que ça vaut le coup de s’y mettre : AGIR avec la force même de Dieu !

« Ils célébreront le Nom très saint » : CELEBRER

« Il leur a donné en héritage la loi de la vie » : ne pouvons nous pas mettre cette phrase en parallèle avec Jean 10,10 ? (Si vous ne connaissez pas Jean 10,10… allez vite chercher. Vous devriez avoir honte ! )

Rions un peu…

 

Un après-midi, j’étais avec des jécistes qui faisaient « révision de vie ». L’événement qui avait retenu leur attention devait être l’exclusion du lycée d’un de leur camarade. Après avoir analysé la situation, ils en étaient à se poser la question que je résumerai de la façon suivante : « Qu’est-ce que le Christ pense d’une pareille affaire » ? (JUGER)

Je remarquais alors un garçon, Armand qui, loin de toutes ces préoccupations, était plongé dans une bande dessinée qu’il tenait plus ou moins cachée sur les genoux.

- « Armand, qu’est-ce que le Christ en pense…? »

 

Armand sursaute, mais me répond du tac au tac :

- « Je ne connais pas la vie privée de Dieu ! »

- « Justement, si tu lisais de temps en temps l’évangile, en plus des B.D., tu connaitrais un peu la vie privée de Dieu…! »

 

Postface :

En mettant à la disposition des jeunes ce fascicule sur la Révision de Vie, le P. Gérard a voulu marquer son souci pour leur formation.

A un moment où notre monde avance à grands pas vers le troisième millénaire dans la plus grande incertitude et où certains choix politiques, économiques, sociaux, opérés par nos Etats, développent une série de conséquences fâcheuses dont les jeunes sont les premières victimes, il semble inéluctable de rechercher de nouveaux repères, de nouvelles façons plus audacieuses de penser nos relations avec les autres.

La Révision de Vie, plus qu’une méthode est une manière de comprendre et de faire. Elles nous donne la chance de nous réaliser et d’identifier nos obligations envers la société et de bâtir un monde plus solidaire en mettant en avant la responsabilité individuelle et collective.

Pour l’avoir pratiquée depuis ma plus jeune adolescence jusqu’à maintenant, je puis témoigner de sa richesse et des possibilités qu’elle offre à pouvoir se transformer soi-même au contact des autres.

Tous mes remerciements au Père Gérard pour l’heureuse initiative qu’il a prise en confectionnant un fascicule sur ce sujet.

Téléchargez ce article ici

 Etienne--69-.JPG

Etienne Fakaba SISSOKO

Secrétaire National de la CEC-Mali (2006-2008)

Publié dans SPIRITUALITE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article