La CEC sur «Paix et Développement : quels enjeux pour la jeunesse ? ».

Publié le par CEC MALI

Parole

 

Nous jeunes, de la JIC du Burkina, de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Togo ; des mouvements JEC du Sénégal, des  Travailleurs chrétiens du Niger, des Mouvements CEC, MIEC et des Scouts et guides catholiques du Mali,   réunis en séminaire international du 18 au 25 Octobre 2009 au centre Charles Lwanga de Sikasso (au Mali), en la dernière semaine du 2ème synode spécial de l’Afrique sur le thème : « l’Eglise en Afrique au service de la Réconciliation, de la justice et la paix : vous êtes le sel de la terre,  vous êtes la lumière du monde» Mt 5,13-14, à l’initiative du Bureau International de la Jeunesse Indépendante Chrétienne Internationale (JICI), avons échangé sur le thème «Paix et Développement : quels enjeux pour la jeunesse ? ».

 

  • Témoins de la réalité vivante des conflits de tout genre  dans nos familles, dans nos lieux de travail et d’étude, dans nos pays, dans notre sous région et dans l’Eglise ;
  • Partageant le souci de notre mère Eglise Famille de Dieu en Afrique,  dont les pasteurs affirment l’urgence des besoins de paix, de réconciliation et de justice comme levain du développement du continent ;
  • Au moment où le monde ne croit plus en la paix, où les situations conflictuelles se posent comme un réel  handicap au « vivre ensemble »,  et comme frein à l’essor de notre continent ;

Il nous est paru nécessaire et  vital de donner aux jeunes en responsabilité dans nos mouvements, et appelés à tenir ou qui détiennent déjà des responsabilités dans le domaine social, économique, politique et de la culture, des outils de compréhension des conflits, afin de les prévenir et de mieux les gérer afin de les transformer en dynamique de développement et de Paix.

 

 

C’est ainsi que nous avons appris  que :

  • La paix n’est pas seulement l’absence de conflits violents ou de guerres
  • La différence n’est pas synonyme d’opposition mais signe de richesse
  • On ne peut parler de développement sans paix, et il ne saurait avoir de développement par les armes.
  • Le développement n’est pas un état statique mais un processus de changement dynamique qui revêt trois (3) dimensions majeures :  le niveau individuel, le niveau des structures et celui des pratiques culturelles. Et parler de changement, revient à parler d’oppositions, de conflits.  Le conflit est inhérent à la nature humaine et à toute société, mais c’est sa meilleure compréhension et sa meilleure gestion qui fera du conflit un moteur de développement.

Le conflit étant itératif, il a une manifestation qui se fait par des acteurs autour d’un objet ;  pour le prévenir, le résoudre et aboutir à la vraie Paix, il faut s’approprier des outils d’analyse et de gestion appropriés comme la Gestion Non Violente des Conflits (GNVC).

La Gestion Non Violente des Conflits est un ensemble de processus conduisant à une solution consensuelle dans laquelle les différents acteurs en conflit sortent Gagnant-Gagnant. De ce fait elle diffère des méthodes  habituelles sinon traditionnelles de gestion des conflits qui se résument le plus souvent à un arbitrage dont le résultat est gagnant - perdant.

 

Nous avons découvert que la gestion non violente des conflits est largement inspirée de la Doctrine Sociale de l’Eglise, à travers les principes de la promotion de tout homme et de tout l’homme, avec une option préférentielle pour les plus pauvres dans le respect du Bien Commun.

 

Le diagnostic institutionnel de nos mouvements, nous a montré que, beaucoup d’efforts doivent être fournis par nous jeunes, citoyens et chrétiens afin de favoriser des cadres de rencontre, de dialogue et de connaissance mutuelle.

De telles initiatives pourraient contribuer à améliorer la fondation de familles chrétiennes authentiques, témoins de l’Amour du Christ dans le monde.

Nous avons également déploré l’insuffisance de formation et d’accompagnement des jeunes chrétiens engagés au sein des mouvements et associations de fidèles laïcs. Cette réalité nous empêche des fois d’être réellement sel de la terre et lumière du monde.

 

Au sortir de ce Séminaire sous régional :

Nous-nous engageons à œuvrer pour la paix par le respect des autres dans leur différence.

Aussi lançons nous un vibrant appel :

  •  Aux jeunes : qu’ils renforcent  de manière permanente leur formation en communion avec l’Eglise Famille de Dieu en Afrique au service de la Réconciliation, de la Justice et de la Paix, car une jeunesse sans formation est un danger pour elle-même et pour les autres.
  •  Aux autorités politiques de nos pays : qu’ils  se rappellent à chaque instant que le nouveau nom du développement c’est la paix et qu’il n’y a pas de paix sans justice, il n’y a pas de justice sans réconciliation.

Attendant avec respect les recommandations du 2ième Synode spécial pour l’Afrique, invitons nos pasteurs et tous les baptisés à continuer à annoncer pour tous les hommes et toutes les femmes en Afrique sans distinction de nationalité, de situation socio-économique, de religion, malgré les points sombres de nos vies, de nos organisations, de nos familles, de nos pays, la Bonne Nouvelle de Jésus Christ Ressuscité : La Paix soit avec vous.

 

La Paix véritable est un don de la Résurrection et engage tout baptisé en Christ à la promouvoir pour que le règne de Dieu vienne et que sa volonté soit faite en Afrique et dans le monde.

 

Fait à Sikasso, le 24 Octobre 2009.

 

Les participants du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo.
Pour le Bureau National
Charles DARA 

Publié dans ACTUALITES

Commenter cet article

Marguerite 09/11/2009 11:03


Salut les ami (es), tout le plaisir ai pour moi de revoir vos nouvels a travers ce Blog. Je m'en réjoui également étant une ancienne Céciste que les mouvements d'action Catholique du Mali se
maintiennent tant bien que mal. J'ai été ravi d'apprendre la tenue du séminaire à Sikasso entre mouvements nationaux et internationales cela est une bonne initiative. Je pense que cela
permettra une belle rélacé dans les différentes mouvements. Bon vent à nos Mouvements.
Amicalement votre soeur Magui.


Augustin 30/10/2009 08:53


Cafait plaisir de vous que les Jeunes assurent 


CEC MALI 30/10/2009 10:11


Nous aussi, Venz vite decouvrir la CEC du Mali


AB. Felix 30/10/2009 08:45


Bon courage a vous !!!


Amandine 30/10/2009 10:12


bravo !!!!!